threesome : un garçon, deux filles, zéro possibilités*

Publié le par philibert

Il s'en passe de belles à la campagne !
Figurez-vous que pas plus tard que mercredi dernier, alors que sur F3 passait un excellent reportage sur des fouilles archéologiques en Egypte, j'ai passé ma soirée sur internet à mettre de l'ordre dans un triangle amoureux bien bordélique, que je vous décrit comme suit :

A aime passionnement B qui lui aime  C.

Ca c'est le postulat de base.

Maintenant, développons façon Télé 7 jeux :

-A fut la copine de B pendant un an environ, mais ça s'est terminé sans gloire il y a 14 ans. Depuis et jusque récemment, plus aucun contact. Vive internet.
-B connaît C depuis environ 17 ans, lui a déjà déclaré sa flamme il y a longtemps, mais ça n'a rien donné en retour. Et là même chose, la reprise de contact a été assez récente, et depuis les messages fusent pour le plus grand bonheur des deux interlocuteurs.
-C est mariée à D depuis 10 ans, et a eu avec lui deux enfants E et F, et elle vit dans un autre pays.
-Il y a de ça quelques mois, C a appris avec stupéfaction que D la trompait avec G, H, I et sûrement d'autres lettres. S'ensuivirent des éclats de voix, des pleurs à profusion... et B s'est retrouvé à faire le psy pour une C totalement dépressive, à lui prodiguer moult encouragements, à lui remonter le moral comme il le pouvait, et à lui conseiller de foutre dehors ce salaud, dans l'espoir secret qu'elle se tourne vers lui, chose à laquelle il ne dirait pas non, depuis le temps qu'il est amoureux d'elle...
-A et C ne se connaissent pas. Faut pas déconner non plus.

Et donc, mercredi soir, B a redéclaré dans les règles sa flamme à C qui lui annonçait à point nommé qu'elle voulait divorcer d'avec D. Tout en connaissant déjà la réponse, parce que B, depuis ses années de BTS, a plus de jugeote et de raison (en fait il est plus vieux de 16 ans).
En même temps, puisque il y avait aussi A qui sonnait à la porte (métaphoriquement parlant), B a enfin trouvé les mots  pour lui signifier en des termes directs (mais corrects) que ce n'était pas la peine d'attendre fiévreusement un claquement de doigts ("he snaps his fingers and I say "sure !")** pour rappliquer, parce qu'il ne le ferait pas, tout ça c'est du passé, B n'aime plus A, il aime C.
B pense que A l'a mal pris, mais là encore il a réussi à arrondir les angles, A et B resteront bons amis sur le net uniquement jusqu'à ce que A en aie marre.
Quant à l'histoire en suspend entre A et C, mon dieu quel suspense haletant, eh bien C a répondu aux attentes de B en lui répondant jeudi soir qu'elle aimait B depuis longtemps aussi mais qu'elle resterait finalement avec D par égard pour E et F. Mais qu'elle se sentait pas très bien et qu'elle avalait plein de jolies pilules pour dormir. Ce à quoi B s'attendait, y compris pour les antidépresseurs.

Au jour d'aujourd'hui, on en est là. Et bizarrement B a la pêche, car malgré la tournure des événements pour la première fois depuis des décennies il n'a pas eu peur de dire ce qu'il pensait, tant à A qu'à C. Et ça lui a fait beaucoup de bien, imaginez, depuis mercredi il n'a plus ces plaques rouges qui le démangent sur le cuir chevelu. Signe d'une certaine tranquillité d'esprit assez peu fréquente chez lui.

Et avec ça, aujourd'hui B s'est payé le luxe d'aller se balader sous la pluie, avec sa voiture, voir le château de Talcy, pas loin de Chambord, un mignon petit domaine entouré de pommiers rares, et aux mignonnes chambres si claires et bien meublées que la plus belle pièce du château d'Azay ressemble en comparaison à un cachot de prison turque.


et en prime B a ramassé des pommes, des poires, et il en a mangé.


La semaine prochaine, B, après avoir passé quelques coups de fil à Nexity et à une banque d'affaires, vous racontera ce qu'il compte faire du chèque qu'il a reçu samedi au courrier, sans autre explications que "RBT TROP PERCU" et dont le montant lui permettrait d'acheter comptant la voiture de ses rêves s'il n'est pas trop gourmand sur les options :

http://www.chrysler.fr/PT_Cruiser/index.html




PS : Ah oui, j'oubliais : je souhaite la bienvenue sur ce forum à Ketty Dullieux, qui deviendra sans nul doute une de mes plus fidèles lectrice.
Sans rancune !


PS² : quiconque me dira d'où viennent les citations * et ** ne gagnera rien, mais c'est sympa d'avoir participé !

Publié dans chroniques d'ici bas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philibert 12/12/2009 19:29


mais B est un homme, C est une femme, et W je ne sais pas qui c'est.


Jerome K 12/12/2009 00:35


Bon... c'est un peu compliqué tout ça..

Sur la dernière phrase, il fallait lire :
"En plus, ce con de B" (évidemment)


Jérôme K 12/12/2009 00:33


Hum...

Manquerait plus que W débarque en France par surprise et demande à B de l'heberger ("una mujer ? en mi casa ???").

B ne pourrait pas refuser, par égard à un pote Chilien.. Juste à ce moment là, C déciderait finalement de venir vivre sa passion avec B et débarquerait chez lui.

Malheureusement c'est W qui lui ouvrirait la porte et C, sur ce malentendu, s'en retournerait chez elle...

En plus, ce con de C n'en profiterait même pas pour se taper W, qui serait pourtant prête à tout par reconnaissance...

Enfin...


Eric K. 09/12/2009 02:16


Coïncidence amusante, j'ai regardé ce soir le film dont est extrait la 2ème citation.


philibert 08/12/2009 19:25


ouais, mais B n'avait aucune envie de se taper A pour la bonne raison qu'à moins de l'étouffer avec un sac après, A collerait aux basques de B comme une ventouse. Et B a déjà donné une fois avec A,
il ne tient pas ce que ça recommence !