qui n'a jamais péché nous jette la première pierre !

Publié le par philibert


pour mon fan hystérique, voici donc une photo de la cérémonie de pose de la première pierre de mon futur immeuble. A ma gauche, allure à la Bertrand Delanoé, tête d'oncle bienveillant et costume en velour côtelé marron, je vous présente monsieur le maire de Joué-lès-Tours, Philippe Le Breton. Mais ne vous y trompez pas, c'est un authentique requin de la finance parisienne... à ma droite, gueule de commercial et costard quelconque, le directeur Général de Nexity pour la zone Ouest, mais on s'en fout.
Les pinailleurs noteront le feutre rouge dans la main du maire. C'est que la feuille qu'il tient dans la main, qu'il lit et qu'il est sur le point de rouler dans le cylindre de cuivre qu'on ne voit pas à l'image, lui-même bientôt moulé à la louche (pardon, à la truelle) dans le ciment dans la première pierre (reprenez votre respiration) contient une inexactitude de taille qu'il a tenu à rectifier lui-même et avec force commentaires rageurs : il n'est plus premier vice-président du Conseil Général, il a depuis peu démissionné de ce poste avec fracas.
Mais on s'en fout.

A cette date, c'est donc le 1er octobre, au niveau construction on en était là :

des murs et des fondations en vrac, ils ont effectivement commencé par le second bâtiment, rien que pour m'embêter je suis sûr. Me demandez pas à quoi tout ça correspond, même avec les plans je ne vois pas. Tout ce que je peux dire avec certitude, c'est que c'est le parking. Et forcément comme cette photo date d'il y a dix jours il doit maintenant y avoir plus de murs.
Enfin bon, novembre 2010 c'est loin.


Sinon, des nouvelles du boulot.

Lundi dernier, alors que je débarquai la gueule dans le Q (comme tous les matins) dans ma boutique favorite, v'là pô qu'ma chef m'annonce la venue pour vendredi (hier donc) de notre toute toute nouvellement promue directrice du nouveau service du développement pognon à outrance (là mon bon ami Yves, qui je le sais me lis avec régularité et que je salue ici, pourra nous donner le vrai nom de ce département), accompagnée comme il se doit de notre omni-Président(e) du CMN. Et de rajouter, l'air déjà affolé, que notre responsable commerciale veut que pour cette visite d'Etat la boutique soit nickel-chrome et si possible dans le même état que pour l'inauguration de l'expo Psyché, et si possible avec des fleurs partout tant qu'on y est, non ?
Chose rigoureusement irréalisable, puisque cette p... d'expo s'est terminée il y a un mois de ça, qu'on a vendu des trucs et qu'on va pas en recommander pour l'occasion, et qu'on a changé plein de trucs de place depuis, et merde on est pas au musée du Louvre non plus.
Bref, le niveau de stress remonte dans le rouge vermillon écarlate, et on se met au boulot pour faire plaisir à toute la maisonnée, on fait les poussières à fond, on change toutes les étiquettes pour que ça fasse bien et beau, on ressort du formol les statuettes à 250€ pièce que j'avais rangées parce qu'elles prenaient la poussière sur leur étagère dans l'indifférence générale, bref on se plie aux désirs de la responsable commerciale qui n'aime pas recevoir après coup des commentaires désagréables de sa hiérarchie et qui flippe dès qu'un ponte visite une boutique dont elle s'occupe.
Pour résumer, pendant 3 jours on trime comme des galériens.
Vendredi matin 9h55, l'administrateur est sur le pont, costard-cravate et air servile pour recevoir la président(e) et son aréopage. Et nous de finir de changer des trucs de place, tout doit resplendir dans le soleil du matin. Ma chef, dont c'est pourtant le jour de repos, est là dès l'ouverture, l'air fatigué de quelqu'un qui visiblement n'a pas beaucoup dormi la nuit dernière -malgré ses 30 ans de maison elle panique encore plus et plus vite que moi, c'est dire !
10h, 10h30, 11h, 11h30, rien. Ces gens sont dans le château, à visiter les combles que nous devrions ouvrir au public (après mise en sécurité) pour développer les recettes du monument.
A l'heure du déjeuner, toujours rien. Le château ferme, personne n'est venu. En fait, ils sont passés direct du cocktail au restaurant.
14h, second round, tout le monde est fin paré à recevoir tout ce petit monde. Des nouvelles arrivent au compte-goutte, ils sont dans une salle à discutailler avec la municipalité de sujets divers comme signalétique urbaine, restauration, son-et-lumière, ce genre de trucs. L'aide de camp de la président(e) passe deux fois, ça y est il démine le terrain pour laisser passage à l'infanterie, mais non, il cherche une théière avec des fleurs, qu'il ira acheter dans une boutique plus loin dans la rue piétonne. Je papote un brin avec lui, la nouvelle responsable du Département, qui doit nous être présentée, vient de la grande distribution (groupe Carrefour). Ce qui au passage confirme mes craintes personnelles quant au virage 100% mercantile du CMN.
Et l'heure tourne. 15h, 15h30, 16h, rien. 16h30, 17h, on les voit discuter dehors. Tout le monde au garde-à-vous.
17H07, le vice dans les bras du crime (ah non, erreur de citation !) La président(e) et l'administrateur rentrent dans la boutique, s'arrêtent pour discuter à côté d'un superbe table débordant de vaisselle rutilante, qu'on s'est fait chier à rendre plus que belle.
17h08, ils ressortent côté parking, et hop cortège de voitures.
17h09, une personne achète deux assiettes en plastique et un crayon à papier, exhibe sa carte du personnel CMN, paye, dit merci et s'en va. Pas le temps de lire son nom, mais j'en déduis à son allure générale, et à son attitude aussi, qu'elle est notre nouvelle responsable de Département.
17h10, tout est fini. elle ne s'est même pas présentée à nous. Pire, personne n'a fait attention à nous.

Passées 10 secondes à se demander si on était toutes et tous bien réveillés, l'orage explose avec fracas.

Je n'ai pas la possibilité ici de vous remettre les paroles échangées, mais imaginez que toute phrase a été ponctuée de "merde", de "putain", de "font chier", et autres épithètes constructifs. Parce qu'il n'y avait pas d'autre façon de voir les choses : depuis lundi dernier et ce coup de fil catastrophiste de la responsable commerciale que je voue aux Gémonies au passage -et encore je suis extrêmement poli, vaut mieux pas qu'elle appelle la semaine prochaine parce qu'on est plusieurs à vouloir l'absoudre avec des battes de base-ball-

ON S'EST CASSES LE CUL COMME DES CONS TOUTE LA SEMAINE POUR RIEN

 

On aurait laissé la boutique telle quelle toute la semaine et que je serais venu pas rasé et dans les mêmes fringues que la veille ça n'aurait pas fait la moindre différence au final. Et ma chef aurait pu être tranquille, et rester chez elle au lieu de subir de plein fouet cette humiliation, parce que ça n'a pas d'autre nom.

Comme dit mon père, on se l'est faite mettre profond, et sans vaseline.

Du coup, et je compte bien remettre ça lundi en la revoyant au boulot, mardi je la forcerai à rester chez elle pour rattraper cette journée inutile.

En tout cas, merci le CMN. Ca fait plaisir de voir comment la hiérarchie en est venue à nous considérer .

Publié dans la vie de château

Commenter cet article

philibert 01/12/2009 18:28


comme ça tu sais ce qu'on a pensé de toi durant la période. Mais rassure-toi, c'était strictement professionnel !
à bientôt au téléphone !


Ketty Dullieux 01/12/2009 15:32


Vous savez dans la vie tout se sait!!!!!!!!!!!!
A bon entendeur. Salut................


philibert 16/10/2009 19:58


tu as peur qu'une personne de notre "cercle" professionnel te lise ? N'aie crainte, il n'y a jamais plus de 6 lecteurs sur ce blog, donc aucune chance que Ketty (par exemple) apprenne tout ça.
Détends-toi un peu, et OK ne ne citerai plus ton nom.


Yves 16/10/2009 15:59


ARRETE DE CITER MON NOM !!!
Alors, comme tu comprends rien à rien dans ta campagne contrairment au père mathieu, tu as du apercevoir la nouvelle directrice du développment économique auquel est rataché le département du
développement des ventes qui lui n'a toujours pas de chef de départment ! C'est compliqué mais comme ça !
Et puis, pour une fois que tu étais rasé de près avec des vétements propres, ca valait le coup que tu te casses le cul pendant une semaine ....