le début de la fin

Publié le par philibert

Vous serez sûrement grandement stupéfaits d'apprendre que j'ai enfin commencé mes cartons. Depuis une petite semaine un joli panneau rouge annonce que mon appart actuel sera bientôt de nouveau sur le marché immobilier, et ce matin-même un type s'est pointé à à peine 10h du mat pour calculer le métrage carré sous couvert d'un "diagnostique énergétique", alors qu'il n'a même pas daigné jeter un oeil aux fenêtres, et encore moins aux radiateurs qui attendent depuis trois ans leur purge annuelle. C'est rigolo, quand j'ouvre les vannes (du moins celles qui marchent encore) ça fait un bruit de chute d'eau.

 

 

N'empêche, c'est fou la quantité de trucs invraisemblables qu'on garde dans l'attente illusoire de s'en servir un jour. Avec les 3 cartons que je n'ai jamais déballés (mes figurines Star Wars d'époque n'ont pas trouvé d'espace d'exposition, ainsi que pas mal de bouquins) j'en suis actuellement à 11, et pourtant on voit à peine la différence entre "avant" et "maintenant". Mes bibliothèques sont toujours remplies à ras-bord, et rien ne semble manquer, si ce n'est une étagère ou deux dans un cagibi, et encore...

c'est là que je me dis "mais pourquoi suis-je autant conservateur ?" Pourquoi vouloir garder des kilos de vieux draps qui ne servent plus qu'en cas de peinture des murs ? Pourquoi ai-je gardé précieusement toutes mes fringues estampillées Saint-Cloud alors qu'elles sont inmettables, sauf pour le jardinage, bien que je n'aie que des jardinières sur mon balcon ? Et tout ça encombre mes armoires, et maintenant des cartons, qui s'en seraient bien passé, parce que je devrai fatalement les soulever le jour fatidique du déménagement, qui aura lieu dans deux mois si tout se passe bien. Pourtant, quand j'ai déménagé de Paris vers la Touraine il y a trois ans de ça je n'avais pas l'impression d'en avoir autant. Mais je me rappelle que je m'y suis pris à deux fois pour tout transporter. Je ne sui mêm pas certain d'avoir assez de cartons dans ma cave, alors que j'ai scrupuleusement gardé ceux qui m'ont déjà servis.

 

Et je désespère derechef à la vue des bibliothèques encore à vider, des placards, de tiroirs, de tous ces objets décoratifs ou utiles qui m'entourent, ces rayons de livres et de BD et de DVD et de BR (pas touche !!!!!), ces tableaux sur les murs, ces meubles massifs, etc etc... tout ça fait une telle masse de trucs que je me porte à croire -parfois- qu'il me faudra un 30 tonnes pour déménager. Ou un lance-flamme.

 

Dur dur.

 

 

 

Sinon, mon appart de dans deux mois ? J'ai rendez-vous dans un mois pour une première visite des locaux, et en ce moment les invisibles ouvriers posent les rambardes des balcons. Avec l'empressement d'un poney mort. alors qu'à 200 mètres de là un autre immeuble sort de terre comme un champignon après une averse, et qu'un troisième programme immobilier se profile à proximité, avec commerces de centre-ville et tout, couplés à une future place dite "du marché" et les travaux préparatoires du futur tramway tourangeau qui passera à moins de 100 mètres de chez moi. Plue-value en cas de revente. Faudrait juste qu'ils fassent la "rue neuve" qui est supposée desservir l'entrée du futur parking où je garerai ma twingo.

 

Voilàààààà.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

philibert 13/10/2010 22:31


rhoo, attendez que je m'installe ! janvier, en gros !


Eric K. 13/10/2010 20:14


Avec tout ça, on a toujours pas la date de la crémaillère...