...et on recommence, suite et peut-être fin.

Publié le par philibert

Nouveaux développements depuis la dernière fois, c'est bien, mon histoire ressemble à une baraque foraine, tous les jours il s'y passe quelque-chose.

 

Donc, j'ai fait puis envoyé mon courrier. Et le directeur de l'agence l'a reçue, pas de doute. J'ai attendu son coup de fil 24 heures, et quand le téléphone a sonné je n'ai pas été déçu.

 

En gros, on s'est engueulés pendant 25 minutes.

 

Et on a remis ça le lendemain dans l'agence, quand je suis allé chercher un chèque de banque de 17095€. J'aurais aimé éviter la confrontation, mais quand faut y aller, ben faut y aller. Comme dit l'adage : "fais face à tes frayeurs ou elles te grimperont dans le dos".

 

20 minutes de discussions stériles, moi dans la position du client qu'on a pris pour un con et qui demande explications et réparation, lui dans le trip du banquier outré qu'on ait pû oser mettre son professionnalisme et celui de son entreprise en doute. Ambiance polaire. Au bout de ces 20 minutes, comme j'avais mes papiers et mon chèque, j'ai simplement dit au revoir et je me suis cassé, avec la ferme intention de ne plus jamais y remettre les pieds.

 

A 15h j'étais dans le bureau de la responsable Nexity pour lui donner en personne le chèque, puis nous avons discuté de toute cette affaire, remontant le fil des événements chacun notre tour avec nos expériences personnelles, pour en arriver à ce qui s'est vraisemblablement passé : le chèque de banque "perdu" a bel et bien été rédigé, et perdu parce que la personne qui l'a rédigé, et ce n'était pas à Nantes comme je le croyais, s'est non seulement trompé d'adresse mais en plus de ça a envoyé le chèque en courrier simple.

 

C'est marrant, ça me rappelle un autre événement.

 

Ensuite, ma chargée de banque a été incapable de faire face à une situation qui par essence ne peut pas arriver. Avec son directeur, ils ont temporisé un maximum, quitte à raconter des conneries, espérant voir revenir le chèque, sans trop savoir où il est passé parce que je pense qu'il n'y a pas eu de communication entre eux et le rédacteur du chèque. Plus grave, sans prévenir non plus leur hiérarchie, qui aurait pu faire une enquête, ou n'importe quoi d'autre pour remettre les choses d'aplomb rapidement.

Évidemment, du côté de Nexity, ne voyant pas venir les fonds demandés, l'ordinateur du service comptabilité a machinalement  cumulé les semaines de retard, pour arriver aux 900€ qui m'ont été imputés. Une machine ça ne réfléchit pas, ça obéit.

 

Et lorsque le 17 juin on me balance tout ça à la gueule, ça paraît tellement énorme et fou qu'on a du mal à y croire, sauf malédiction ou malveillance. Et qu'il sera impossible d'en voir l'issue.

 

Voilà, c'est désespérément con mais c'est vraisemblablement ce qui s'est passé. Un faisceau d'erreurs stupides qui auraient pu être facilement évitées.

 

Du coup et pour en revenir au récit, puisque j'ai moi-même amené une partie de la somme et que LCL a promis d'envoyer l'autre chèque dans les plus brefs délais mes agios seront certainement annulés, du moins elle va s'y employer auprès de la comptabilité de Nexity. Tout est bien qui semble bien finir, mais j'attends la confirmation que le chèque est arrivé et que les agios ont disparu pour souffler un grand coup.

 

Et je me fendrai d'une ultime lettre au directeur régional du Crédit lyonnais, histoire de lui dire que si je connais le fin mot de l'histoire c'est certainement pas grâce au personnel de mon agence.

 

Exterminate.

EXTEEEEERMINAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAATE !!!!!!!!!

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric K. 28/06/2010 20:44


idée de lettre pour le directeur : "je sais où t'habites. Je te tuerai quand tu dors."

Ne me remercie pas, c'est fait pour ça les amis !