chroniques culinaires foireuses

Publié le par philibert

merde, merde et re-merde !
Cet après-midi ensoleillé, après avoir passé une partie de la nuit à me demander combien de personnes j'avais accidentellement tué en laissant deux jardinières et un pot de lavande sur mon balcon sans penser un seul instant à l'alerte météo, et la matinée à faire li ménache, j'ai donc décidé de concocter pour mes collègues un plat inhabitruel pour les tourangeaux d'origine : la soupe au lait de coco et aux crevettes.
Au final presque parfaite, ne manquait à l'appel que le jus de citron et quelques feuilles de menthe que j'ai oubliées d'acheter.
Simplement, je n'ai pas pensé que même cuites et hors feu les nouilles chinoises continueraient à se gaver de liquide, en l'occurence du lait de coco (d'où le nom de la soupe) et du bouillon de poule.
Résultat, à cette heure-ci ma soupe n'est plus qu'un grand plat de nouilles échouées dans ma cocotte. Et moi j'ai l'air con, mes collègues vont me chambrer une fois de plus !

Aïe aïe aïe, comment faire pour m'en sortir ?? En tout cas, et pour finir sur une note positive, ce n'est plus de la soupe mais ça sent bon !!



Mon appart ? J'en sais rien, mais de ma fenêtre la grue est toujours debout malgré le vent de cette nuit. Il n'y aura donc pas un nouveau retard de livraison "pour des raisons indépendantes de notre volonté" comme si un type avait un jour l'idée de dire devant les caméras "on bloque tout juste pour le plaisir de vous faire chier un bon coup".

Publié dans chroniques d'ici bas

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Eric K. 28/02/2010 19:49


Ca serait jamais arrivé à l'Hippochine !