ze riturne !

Publié le par philibert



les affaires reprennent !!

Et voilà, août se termine, voilà que se profile septembre, l'automne, les feuilles qui tombent, les jours qui raccourcissent et les jupes légères qui rallongent, les vacataires qui s'en vont, laissant les titulaires les bras ballants et des responsabilités qu'ils ne pourront plus déléguer, comme par exemple travailler... mais l'expo Psyché elle aussi se termine, bon débarras, et n'y revenez pas !

Que vous dire qui fasse remonter mon blog rank ? Je suis parti deux bonnes semaines en Bretagne, me rassénérer au contact des éléments déchaînés, goûter à l'eau de mer et au kwoing-Amann, respirer enfin le calme enchanteur du bord de mer costarmoricain, affalé sur une chaise longue dans le jardin, un livre à la main, les oreilles au repos et les neurones aussi... bien entendu comme il s'agit de la Bretagne il a plu, il a fait moche, mais les journées de franc beau temps ont été suffisantes pour que j'arbore à mon retour un hâle du plus bel effet visuel. Et pendant ce temps-là, sur le reste de la France, il faisait chaud. Eh ben pas là où j'étais. Ce n'est qu'en rentrant -à reculons, mais alors vraiment à reculons- que j'ai compris que mon bonheur s'arrêtait bel et bien ce mardi 12 au soir. Une chaleur de plomb sur la Touraine, mes plantes mortes de soif malgré mes précautions, et bien entendu le traditionnel concert de bienvenue dès le lendemain 5h00, cette conne avait bel et bien pris ses vacances d'été en juin...
et depuis, comme bien d'autres bêtes de somme, j'ai repris le boulot. Crevant sous la chaleur le jour, suant sur mon lit de douleur (ben oui, autant dramatiser les choses un max) la nuit, en cinq jours j'avais perdu toute mon énergie pourtant remontée à bloc. Bretagne, je gémis de ton absence !!!!!! Que ne suis-je allé travailler à Treguier, dans la maison d'Ernest Renan ! Je me serais autant fait chier qu'à Saint-Cloud, mais au moins j'aurais eu la mer à proximité !
Bref, à mon retour, des piles de cartons à déballer, une réserve pleine à craquer, des papiers à traiter, le quotidien, quoi... mais, comme pour me soutenir moralement, les vacataires féminines ont dignement fêté mon retour avec un bon gros gâteau !! Comme quoi...
depuis ces quinze derniers jours, j'ai participé à pas moins de 4 apéro-parties organisées par des collègues, la plus mémorable étant le pique-nique de fin de contrat d'une vacataire nommée Léa (20 ans tout juste, mignonne comme un coeur et chaude comme la braise à ce que j'ai pu voir) dans la magnifique maison de ses parents, un ancien relais de ferme jouxtant une église, avec moult pavillons d'époque et une piscine où plusieurs d'entre-nous allâmes avec empressement à plusieurs reprises. Et de manger, de bouéééééééére, de rigoler. Bien entendu, témoin silencieux de ces soirées d'étudiants (imaginez, j'étais le seul à avoir plus de 27 ans dans le groupe !) j'ai pu observer à loisir les divers comportements de cette jeunesse obtuse et abâtardie, de celle qui boit trop et qui finit totalement torchée, à nôtre hôtesse qui ne cessât pas de brancher l'Apollon du service (en fait, j'ai appris plus tard qu'elle n'a organisé cette fête somptueuse que pour l'emballer lui), et bien entendu le gay compagnon de la bande, pas plus de 20 ans non plus, qui une fois bien aviné a essayé de ma brancher moi, comme si on faisait vraiment les meilleures soupes dans les vieux pots... mais que nenni, je ne mange point de ce pain-là, quoi qu'on puisse en lire dans d'autres forums auxquels je participe !
Autre sujet de malheur, pendant mes vacances j'ai reçu un appel de ma banquière, pour prendre rendez-vous dès mon retour, passque c'est important tout ça... après moult discussions, il apparaît que depuis que mon prêt immobilier a été signé (il y a maintenant un an) il n'y a pas eu un mouvement de fonds, pas une facture, rien... et de me signaler que si il ne sa passait rien, celui-ci serait purement et simplement annulé, ce qui a failli arriver d'ailleurs ! Depuis, je ne cesse de pousser au cul le quatrième commercial Nexity qui s'occupe du projet, lequel n'a pas l'air de vouloir s'agiter plus que ça. Et ça me rend ma-la-de. Tous ou presque ont soit reçu les papiers, certains ont déjà signé l'acte de vente chez le notaire, et moi rien. Pas un courrier, pas un appel, comme si j'avais été proprement oublié.
Du coup, depuis peu j'ai de nouveau des gros problèmes de cuir chevelu, les mains pleines de sans, les cheveux qui collent, l'oreiller dégueulasse. Comme aux bons vieux jours. A quoi m'a servi mon séjour en Bretagne, en définitive ? A rien, mes nerfs sont dans le même état qu'avant mon départ.
Seulement, maintenant que j'ai fait la connaissance de certain(e)s vacataires, il est fort à parier que mes journées de repos seront mieux remplies. J'ai par exemple Thomas, habitant Tours, et dont la grande passion -aller boire des bières blanches aux terrasses de cafés place Plum'- est contrariée par l'absence de compagnie pour ce faire. Je peux aussi citer la belle Jeanne (soupir langoureux) avec qui je partage l'envie d'aller au cinoche voir autre chose que des merdes commerciales, et qui entend bien me piquer la moitié de ma dévédéthèque -ce qu'elle a commencé de faire d'ailleurs, avec des titres comme Phantom of the Paradise, Gojira, le syndrôme de Stendhal, ou Psychose, en attendant de passer aux choses sérieuses, ou encore Claire au regard de biche qui, même si elle a un copain à qui elle a l'air de tenir (non mais quelle idée ?!) n'est pas contre des virées à Tours-City pour le fun... et j'en ai encore à citer, mais bon, on est pas dans un inventaire à la Prévert.
Bon evidemment, j'ai 10 ans de plus que la plus vieille dela bande (Jeanne, en fait) mais ça ne me dérange pas, je sais être djeun'sss moi aussi malgré mes cheveux blancs et ma canne.
Bref, cet automne sera plus fun que les précédents. Il était temps.
Sur ce, j'ai un faitout à exorciser dans ma cuisine, au bruit c'est au moins un archidémon du 5ème Cercle des Enfers qui cherche à envahir notre monde.

PS : maintenant que les travaux ont recommencé, vous aurez droit à une nouvelle photo très régulièrement.

Commenter cet article