chronique baeckoffe

Publié le par philibert

De retour en mes contrées tourangèles, je me dois de vous informer de l'étrange coutume locale à laquelle j'ai assisté dimanche 1er mars, après avoir roulé huit bonnes heures d'affilée.

Cette coutume alsacienne ancestrale (on se croirait chez Pernaut à 13h00) consiste à conjurer l'hiver finissant et accélérer l'arrivée du printemps en faisant un grand feu de joie d'un bûcher de branches de pin (des Vosges).
Première constatation, on ne brûle personne sur  ce bûcher. Juste des végétaux, que les locaux sont allés chercher dans les bois environnants et posés sur des palettes innocentes, enserrant un long tronc (de pin des Vosges) au sommet duquel se trouve un drapeau tricolore. Mais comme on met le feu à l'imposant édifice lorsque la nuit est tombée, je ne vois pas l'intérêt.
Mais passons.
N'empêche, il y a des traditions qui se perdent.
Seconde constatation, cet événement autrefois destiné à accueillir le printemps n'est plus qu'une raison plus ou moins valable pour la jeunesse obtuse et abâtardie de ces régions reculées de se murger la gueule en bandes. Je ne dis pas que j'ai moi-même participé activement à ces grotesques orgies, mais bon, après huit heures de tape-cul dans ma bagnole pourrissante, quelques verres d'un vin chaud bien tassé ne furent pas forcément les malvenus. Cela dit, la Kro a coulé à flots et les discussions frisèrent le gazon, alors qu'à la Révolution on dansait autour du feu de joie, comme dans Fantasia.

Et c'est là que je veux en venir. Cette démonstration pathétique issue d'un passé autonomiste révolu et hors de propos ne fait que cacher la bête immonde qui rampe dans les coeurs de ces alsaciens apatrides et anti-républicains ! Je peux le prouver, derrière cette innocente soirée à regarder griller des saucisses de Strasbourg (méchoui, ça se dit comment en alsacien ?) et deviser gaiement, se cachait en fait une vaste conspiration à vocation indépendantiste, destinée à cimenter les ardeurs anti-patriotiques et destructrices de ces hordes barbares, préparant à l'abri de leurs montagnes le soulèvement de toute une province dont l'histoire a montré -hélas- le peu d'attachement à nos valeurs républicaines, ya qu'à voir comment ils ont accueilli les Prussiens en 1870 et en 1914, puisque le front était en Lorraine, donc derrière eux.

Je parle de CA :

Voyez comme ces gens se moquent de nos valeurs !!!

ILS ONT OSE BRULER EN PUBLIC UN DRAPEAU TRICOLORE, OUI MA BRAVE DAME !


De ce fait, je me dois de laver l'affront fait à nos valeurs ancestrales.
Ci fait !
































et j'irai encore plus loin ! Si la fibre patriotique alsacienne ne vibre pas à la vue d'un monument aux morts de la
Grande Guerre contre ces salauds de boches qui n'ont rien fait qu'à mugir dans nos campagnes en 70, 14 et 39, voilà de quoi se sentir totalement, completement et absolument français !













A GENOUX, ALSACIENS  !! NOTRE PRESIDENT SAURA VOUS FAIRE VOIR VOTRE ERREUR !!
IL VOUS PARDONNERA COMME IL NOUS PARDONNE TOUS POUR NOS ECARTS !!

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Bien entendu, je rigole.
Tout ça pour dire que j'ai passé une bonne semaine de vacances en Alsace, même si la bière n'a pas coulé à flots. On ne peut pas tout avoir.

Pendant ce temps, aucune nouvelle de la poitrine de Christel, toujours emmitouflée je l'imagine sous des vêtements qui cachent à ma vue lourdement chargés de concupiscence coupable.
Et, pour d'obscures raisons pécuniaires un propriétaire -et l'expropriation, c'est pour les chiens ?- d'une parcelle du terrain sur lequel sera construit mon appart a refusé (provisoirement) de vendre, retardant d'autant la mise à bas de la sombre masure de toute façon condamnée à la place de laquelle, dans un an, etc etc... à l'heure qu'il est, son corps se décompose lentementdans le Cher, sous quelques gros rochers en tuffeau.

les bouseux propriétaires font chier, que j' dis !







Publié dans chroniques d'ici bas

Commenter cet article

philibert 26/03/2009 18:59

à part qu'elle continue à me faire ch..., ben... non.
On peut pas être inspiré tout le temps !

noemie 25/03/2009 23:09

tu n'a pas plus tot des choses a raconter sur ta voisine ?

omikron 18/03/2009 14:36

Faut-t-y faire attention a ce qu'on dit vu que je suis d'origine Alsacienne. Mon julien t'as ben d'la chance que j'sois plus ton chef ...... mdr....... mais le pére françois, va te chauffer les oreilles avec sa fourche ....

Père Françoué 15/03/2009 10:28

'reusement que dans not' bonne ville de Joué-les-Tours, on perpétue la tradition du "ecartelois lestrangeois" depuis le moyen-âge où le seigneur laissait les serfs occire un étranger pour se défouler rapport à la hausse de la dîme. Depuis quelques décennies, on a adouci la coutume. désormais c'est seulement les parigots qui sont écartelés en place publique les membres tirés par 4 tracteurs massey-ferguson sous les hourras de la foule en délire ! les enfants adorent ! d'ailleurs le parigot, t'es le prochain sur la liste !

Prosper 15/03/2009 08:35

> "Première constatation, on ne brûle personne sur ce bûcher. "

Déception ! :(

Comme tu le dis si bien, les valeurs se perdent, catholiques comme patriotiques...